Construire autrement en Afrique
Actualités
Accueil / L’association / Actualités / Vivre dans une Voûte Nubienne : témoignage d’un client burkinabè

Vivre dans une Voûte Nubienne : témoignage d’un client burkinabè

L’an dernier, M. Bonkoungou a été le premier habitant de son village à construire sa maison en Voûte Nubienne. Très fier, il témoigne des avantages des bâtiments VN par rapport aux autres types constructions répandues dans la région.

« Depuis 2011, j’ai construit ma maison à 5 reprises, en tôle, avant de décider de construire un bâtiment en VN. J’ai réuni les matériaux, hébergé et nourri les maçons et aidé à la fabrication des briques. Il y a une grande différence entre les bâtiments VN et les bâtiments en tôle, que ce soit au niveau du coût, du confort et de la résistance aux intempéries.
Ces derniers temps, il est difficile de se reposer dans les bâtiments en tôle car il fait très chaud à l’intérieur. Il est bien plus confortable de vivre dans la voûte car la température y est toujours modérée. Avant, quand je rentrais des champs sous le soleil, je n’avais pas le courage de rentrer dans ma maison car il y faisait trop chaud. Aujourd’hui, le seul endroit où j’ai envie d’être pendant les fortes chaleurs, c’est dans ma maison VN. Ma famille et moi nous nous y passons des bons moments.
Quand d’autres parlent des intempéries liées au changement climatique, je me sens tranquille car j’ai un bâtiment adéquat dans laquelle ma famille et moi nous sommes à l’abri du danger. Je peux me permettre de dire que je suis le seul à avoir un bon bâtiment dans le village. De nombreuses personnes de mon village et des villages environnants viennent visiter ma maison et manifestent leur envie de construire la même maison, même ceux qui ont construits en parpaing.
J’ai pour projet de construire toute ma cour en voûte avec l’aide de mes enfants la saison prochaine. Je salue l’initiative d’AVN car grâce à elle, ma famille et moi nous sommes logés dans un bâtiment adapté et nous vivons en sécurité.
 »

Galerie Photo

M. Bonkoungou et sa famille devant leur VN