Comprendre - synthèse

 

Une grave problématique de développement

En Afrique sahélienne, du fait de la déforestation et de la croissance démographique, le bois et la paille utilisés traditionnellement pour les toitures et charpentes disparaissent rapidement.

Toiture de paille

Charpente de bois de brousse

Les toitures de tôle (seule alternative proposée actuellement au plus grand nombre) ne sont clairement pas adaptées pour des questions tout autant économiques (importation de matériaux), que d'utilisation (perte de l'usage du toit-terrasse) et bien sûr de confort (thermique, acoustique, esthétique...). Le parpaing de ciment et le béton, importés également, ne sont pas plus adaptés et ne sont d'ailleurs utilisés que par une faible minorité aisée.

Paysage de toitures en tôle

Intérieur avec toit en tôle

Ainsi, les populations sahéliennes sont enfermées dans un cercle vicieux : elles sont dans l’obligation d’affecter à l'achat de ces matériaux importés leurs faibles budgets d’alimentation, de santé et d’éducation, pour des résultats architecturaux inadéquats.

D'après l'ONU et le World Resources Institute, plus de la moitié des populations sahéliennes - soit plusieurs dizaines de millions de familles - n'ont pas accès à un habitat décent.

En savoir plus sur la problématique
 

La solution :
un programme "pour des toits de terre au sahel"
dans une logique "1 TOIT, 1 MÉTIER, 1 MARCHÉ"

Il y a une dizaine d’années, pour renverser cette problématique, un maçon français, Thomas Granier, et un cultivateur burkinabé, Séri Youlou, ont fondé l’Association "la Voûte Nubienne" (AVN) et son programme "Pour des Toits de Terre au Sahel".

La mission d'AVN est de permettre, au plus vite, et pour le plus grand nombre de personnes, l’accès à une architecture adaptée.

Pour réaliser cette mission, leur postulat est le suivant : "il faut une solution globale intégrant : une technique de construction de toits adaptés, maîtrisée par des artisans de métier capables de diffuser leur savoir-faire, dans une réalité de marchés locaux"


C'est la solution "1 TOIT + 1 MÉTIER + 1 MARCHÉ" :

 

 

Concevoir la “ Voûte Nubienne ” : une technique de construction qui permet des toitures voûtées, entièrement en terre crue, solides et confortables et qui répond à la demande des réalités locales.

Voûte nubienne en étage - Boromo - BF

 

 

Proposer l'accès au savoir-faire VN ainsi qu'à sa transmission et donc permettre l'offre de la technique par les "maçons de la Voûte Nubienne".

Un chantier VN

 

Déployer une méthode innovante qui en liant ces savoirs-faire et ces attentes, ces offres et ces demandes, fera émerger un marché qui, par sa croissance, va vulgariser à grande échelle la technique VN. C'est la "méthode Amorce".

Réunion de sensibilisation villageoise, menée par une "personne clé".

NB : cette logique d'action est mise en oeuvre dans 5 grands secteurs d'activités : Secteur Rural, Urbain, Bâtiments Complexes, Nouveaux Pays, Recherche Technique

En savoir plus sur la solution

 

des résultats et des ambitions 

Début 2012, plus d'une centaine d'artisans vn avaient déjà bâti plus de 1300 Voûtes Nubiennes (environ 10 km de mètres linéaires de VN) dans 3 pays principaux.
La croissance annuelle moyenne du marché de la VN est de l'ordre de 36% et chaque VN bâtie représente une économie potentielle d'environ 4 arbres ou 20 tôles.
Au rythme de cette croissance, un effet de seuil suffisant sur l'ensemble de la zone sahélienne peut être atteint en 15 ans. Ce qui permettra de transformer la problématique de l’habitat sahélien en un cercle vertueux de développement.

En savoir plus sur nos résultats et ambitions

 

Une large reconnaissance internationale

 

AVN a été distinguée, entre autres, par :


World Habitat Awards 2009, World Bank Development Marketplace Competition 2009, Tech Awards of Innovation 2007, Ashoka's Changemakers, etc.

 

En savoir plus sur nos distinctions.

 

4 GROUPES D'ACTEURS DANS UN MODÈLE ÉCONOMIQUE PERTINENT


Quatre groupes d'acteurs interviennent pour mettre en oeuvre cette solution de développement :

Des Investisseurs Sociaux ou IS (particuliers et professionnels - privés et institutionnels) apportent des fonds qui permettent à ...
Des équipes d'AVN de mettre en oeuvre la solution globale et de proposer à ...
des partenaires de terrain (ONGs, Collectivités locales, coopérations décentralisées,...) d'amorcer ensemble le marché de la VN au profit des ... bénéficiaires finaux et de leurs élus et représentants.

Clôture de congrès VN - Boromo 2010


Ce modèle économique d'entrepreneuriat social, est exemplaire : des "Investisseurs Sociaux" (les IS), permettent à des structures agissantes (AVN et ses partenaires), de mobiliser et dynamiser des acteurs de terrain, afin de déployer une technologie adaptée, sur des territoires ciblés, en s'appuyant sur l'émergence de marchés.
In fine, le but est que les clients naturels - c'est-à-dire les collectivités locales africaines en charge de mener une politique d'amélioration de l'habitat, de protection de l'environnement et de soutien à l'économie locale, qui représentent donc les bénéficiaires finaux - puissent acheter la prestation d'amorçage du marché VN à AVN (ou à des acteurs-partenaires formés par AVN à cette fin).

En savoir plus sur les acteurs du programme

En savoir plus sur les moyens de contribution au programme

Share/Save