Burkina Faso : les organisations paysannes se mobilisent pour le portage de la problématique de l’habitat adapté du plus grand nombre

Les récentes évolutions politiques illustrées par les engagements du Gouvernement burkinabè en termes de développement et appuyées par le plaidoyer mené par AVN depuis plusieurs années ont abouti à développer, cette saison, des opportunités stratégiques et inédites en termes de portage du programme de la Voûte Nubienne et de mise en œuvre de partenariats. Dans le sillage des récentes avancées avec les Ministères concernés et les acteurs décentralisés (Mairies, Régions, etc.), AVN convainc aussi les organisations de la société civile d’investir la problématique.

C’est avec l’une des plus importantes d’entre elles, la Fédération Nationale des Groupements Naam (FNGN) qu’AVN s’est réunie les 14 et 15 mars derniers à Ouahigouya. Thomas Granier, Directeur Général d’AVN a eu l’honneur d’être reçu par Joël Ouedraogo et Amidou Ganamé, respectivement Président et Secrétaire Général de la FNGN. Ensemble, ils se sont exprimés devant les représentants d’une douzaine d’Unions Naam, dont l'Association Kombi Naam de Gomponsom pour le Sahel (AKNGS), partenaire d’AVN.

Des représentants d’autres entités transversales et attenantes à la FNGN étaient également présentes :

  • l’Institution de microfinance UBTEC, représentée notamment par son Directeur Général, Ghassimi Diallo, et partenaire d’AVN depuis 2014 dans l’élaboration et la diffusion du Crédit Habitat Voûte Nubienne ;
  • la Coopérative de stockage Viim baoré, dont les activités visent à améliorer la sécurité alimentaire des populations ;
  • la Radio associative communautaire La Voix du paysan créée par la FNGN et qui assure la promotion des activités du monde paysan dans le nord du pays.

 

 

Initié par la demande des Unions Naams présentes, toutes convaincues par les capacités des constructions en VN à renforcer les conditions de vie de leurs membres et des populations rurales en général, cet atelier visait à leur présenter en détail le programme d’AVN et sa mise en œuvre à travers le témoignage des parties prenantes déjà engagées dans sa diffusion, mais surtout à définir le rôle de chacun dans une perspective de portage.

Tous ont pu bénéficier des retours d’expérience de partenaires, comme Ousséni Zida, cadre actif d’AKNGS, et chargé de production partenaire pour AVN. En effet, AVN bénéficie depuis 2014 d’un partenariat solide et très actif avec l’organisation paysanne AKNGS dans la région de Yako, notamment grâce à leur excellente connaissance du terrain et leur autonomie d’action en termes de sensibilisation, de constructions, de levée de fond et d’accompagnement du marché.

L’ensemble des représentants des Unions Naam ont accueilli avec enthousiasme les perspectives de s’impliquer dans la diffusion de la Voûte Nubienne et, à l’issue de ces deux jours d’échanges, ceux-ci ont soumis à la FNGN leurs propositions devant leur Président, Joël Ouédraogo. Ce dernier a également signé le Manifeste pour un Habitat Adapté proposé par l’Association la Voûte Nubienne concrétisant son appui à faire évoluer la problématique de l’habitat au Sahel.
 

Un projet commun d’envergure

AVN soutient aujourd’hui ces Unions dans la définition d’un projet commun centré sur leurs besoins (bâtiment, formation, ressources), encourage la FNGN et les entités transversales à mutualiser leurs moyens et se propose de les aider à compléter leurs ressources en allant chercher les fonds nécessaires pour solliciter davantage l’intérêt des bailleurs.

La récente mise en œuvre d’un plan d’appui à l’insertion socio-professionnelle par AKNGS et AVN pour 2016-2018  illustre bien cette dynamique : ce projet, visant à renforcer la formation des jeunes à la technique Voûte Nubienne dans la province du Passoré, pour favoriser l’accès à l’emploi et le marché local a pu, par son initiative conjointe, bénéficier d’un financement partiel (66%) via le Fonds d’appui aux Projets innovants de la société civile et des coalitions d’acteurs (PISCCA) de l’Ambassade de France.

En cas de concrétisation du projet porté par les Unions Naams, AVN se positionnerait alors comme opérateur de formation (formation technique et entrepreneuriale de maçons, formation de formateurs et formation au développement), afin de faire émerger l’offre de main d’œuvre nécessaire à sa réalisation.

La réussite de cette entreprise pourrait également permettre d’envisager l’implication progressive des 80 autres Unions de la FNGN, permettant à terme une duplication à grande échelle.

L’implication des Unions Naam sur l’évolution des questions d’habitat vient désormais compléter un « triptyque » essentiel au sein duquel figurent les organisations de la société civile, les ministères et les élus locaux burkinabès, légitimant le travail entrepris par AVN pour la reconnaissance institutionnelle d’une filière habitat adapté, son intégration dans différentes politiques publiques et le financement de projets qui y sont liés.

 

Share/Save